Calendrier

avr
26
jeu
2018
Marco Polo & l’hirondelle du Khan
avr 26 @ 20 h 00 min – 21 h 25 min
Marco Polo & l'hirondelle du Khan @ Théâtre des Feuillants

Poème épique et chants mongols

Le grand souverain mongol Kublai Khan, conquérant impitoyable et petit-fils du célèbre Ghengis Khan, accueille chez lui le jeune Marco Polo, curieux, ambitieux et assoiffé d’aventure. Le vénitien, est impressionné en découvrant la puissance de son hôte qui, déjà âgé, continue à œuvrer pour la construction de la Chine telle que nous la connaissons aujourd’hui. Le grand Khan est patient, possessif, manipulateur…et d’une certaine façon aussi, sensible…

 

Lire l’article complet…>

mai
2
mer
2018
We Love Arabs
mai 2 @ 20 h 00 min
We Love Arabs @ Théâtre des Feuillants

Rire de nos préjugés —

Le spectacle s’ouvre sur la silhouette d’un homme, baigné d’ombre et de lumière. C’est Hillel Kogan lui-même, danseur, acteur, concepteur et dramaturge israélien qui engage inlassablement, et dans « la vraie vie », son statut d’artiste universel.
Les yeux perdus dans le vague, en proie à une préoccupation visiblement liée à la danse, il tente de comprendre ce qui ne va pas : « Parfois l’espace me résiste, parfois je sens que l’espace est positif ; parfois, il est négatif… les espaces négatifs ne sont pas les miens. Je sens que ces espaces appartiennent à un Arabe… ». Hillel Kogan a donc besoin d’un danseur arabe pour rétablir l’harmonie spatiale et remédier à la négativité éprouvée. Entre alors en scène Adi Boutrous.
Au fil d’une parodie décapante des clichés chorégraphiques et des stéréotypes ethniques, Hillel Kogan, dans le rôle du créateur auto-glorifié, se trouve piégé par les mêmes idées fausses qu’il prétend combattre.

Brûlot contre les envolées autosatisfaites de l’art politique, réquisitoire contre les réflexes racistes les plus larvés, We love Arabs est donc également une autofiction décalée, une entreprise de conjuration. « C’est une pièce née du sentiment de honte, de culpabilité, que je peux ressentir en tant que juif, de gauche, trop paresseux, trop égoïste pour militer comme je le devrais, sans doute. J’ai eu envie de rire de ça. » — Libération, juillet 2016

Lire l’article complet…>

accès au calendrier complet... >