Calendrier

jan
23
mar
2018
Un poyo rojo – teatro fisico
jan 23 @ 20 h 00 min
Un poyo rojo – teatro fisico @ Théâtre des Feuillants

Combat de coqs

Découvert dans un théâtre indépendant de Buenos Aires, ce spectacle résiste à entrer dans une case. S’agit-il de danse, de théâtre, d’acrobatie, de clown ou de percussions corporelles ? Un poyo rojo repose dans tous les cas sur l’incroyable énergie des deux interprètes argentins et la partition millimétrée qu’ils jouent et qui allient maîtrise corporelle et sens du rythme.

Ce duo de coqs, situé dans un vestiaire, lieu viril, expose de manière humoristique, les différentes façons pour deux êtres d’entrer en relation. Sans un mot, ils se cherchent, se testent, se provoquent, s’attirent, se rejettent…

« Alfonso Barón et Luciano Rosso se la jouent féroce, jusqu’à se mordre, mais l’empoignade vire à la chorégraphie burlesque et grave à la fois, comme un clin d’œil aux facéties du cinéma muet. Dans ce combat de coqs (…), baroque et sensuel, le machisme et l’esprit de compétition perdent bien des plumes. » Le canard enchaîné, septembre 2016

lire l’article complet…>

fév
27
mar
2018
Traviata – Vous méritez un avenir meilleur
fév 27 @ 20 h 00 min
Traviata – Vous méritez un avenir meilleur @ Les 2 Scènes — Scène Nationale de Besançon

En 1852, lors d’un séjour parisien, Giuseppe Verdi découvre l’adaptation théâtrale de La dame aux camélias, succès d’Alexandre Dumas fils, paru en 1848. Un an plus tard, la Traviata est créée à Venise, à la Fenice.

Le parti-pris de Benjamin Lazar est de jouer de cet entrelacs entre l’opéra, la pièce et le roman. Dans Traviata, vous méritez un avenir meilleur, la séparation entre la scène et la fosse est abolie : les musiciens (violoncelliste, flûtiste, contrebassiste, accordéoniste, tromboniste, corniste, clarinettiste et violoniste) sont mobiles, mêlés aux chanteurs, formant la même communauté, participant à la même fête.  Les chanteurs quant à eux passent librement du parler au chanté, du français à l’italien surtitré.

Créé en 2016, aux Bouffes du Nord, cette Traviata sans artifice, avec juste quelques accessoires, de la fumée, des tulles, est très vite apparue comme un enchantement qui révèle le génie populaire de Verdi et sa capacité à toucher au plus profond avec simplicité.

« Ce à quoi nous avons assisté est de pure grâce, un moment magique, rare, où théâtre et musique – et humanité – empruntent le couloir ascendant d’un souffle unique. » — Le Monde

lire l’article complet…>

mar
2
ven
2018
Le Menteur
mar 2 @ 20 h 00 min
Le Menteur @ Théâtre des Feuillants

Ou de l’art de bien savoir mentir

Le Menteur, pièce en alexandrins que Corneille écrit en 1643, est une comédie réjouissante portée par la compagnie de jeunes comédiens Théâtre en pierres dorées, accueillie en résidence de création au Théâtre National Populaire de Villeurbanne.

Sur cette Place des Vosges où les personnages se croisent, au milieu des intrigues, des quiproquos et alors que la jalousie vient s’en mêler, la vérité a bien du mal à se frayer un chemin… En effet, Dorante, tout juste arrivé à Paris, rêve déjà d’y vivre mille aventures. Il s’éprend d’une jeune fille qui s’appelle Clarice mais, à la suite d’un malentendu, se convainc qu’elle se nomme Lucrèce. De cette situation découlera toute une série d’élucubrations toutes plus grosses les unes que les autres… qui, censées venir sortir Dorante de l’embarras, provoqueront de nouvelles complications.

Entre dimension romanesque (une scène de balcon nocturne, un duel, un faux mariage) et ressorts comiques (notre jeune menteur ne reculant devant aucune outrance pour arriver à ses fins), cette pièce libre et gentiment subversive tend aussi un miroir sur le métier d’acteurs…

Lire l’article complet…>

mar
8
jeu
2018
Arlequin poli par l’amour
mar 8 @ 20 h 00 min
Arlequin poli par l’amour @ Théâtre des Feuillants

Un théâtre de vie

Arlequin poli par l’amour est une pièce née de la rencontre de Marivaux avec les comédiens italiens en 1720. Fasciné, il décide de leur écrire un texte… court car les comédiens italiens parlaient encore peu le français. De cette économie de mots naît une partition exigeante, chaque réplique devenant une arme incisive, un concentré de brutalité. Thomas Jolly, connu aussi pour avoir mis en scène un Henri VI « fleuve » de dix-huit heures, se saisit de cette pièce Marivaux, la première créée par sa compagnie Piccola Familia…  Il y voit la jeunesse, la fougue, l’insolence, la bêtise « splendide », la maladresse, l’ambition… « un endroit que chacun a connu, connaît ou connaitra. » 

Avec quelques ampoules, des guirlandes lumineuses et des serpentins de papier, voilà le cadre posé pour faire vivre cette histoire de fée, qui, amoureuse du bel Arlequin, ne prend la mesure ni du manque d’esprit de l’objet de ses désirs ni de la force des sentiments naissants qu’il nourrit pour une jeune bergère…

Lire l’article complet…>

mar
22
jeu
2018
Soirée cabaret | Cabaret Picasso – Le Bateau Lavoir
mar 22 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
Soirée cabaret | Cabaret Picasso - Le Bateau Lavoir @ Maison de Marsannay

Max Jacob, Guillaume Apollinaire et les autres

« On a dit de Picasso que ses œuvres témoignaient d’un désenchantement précoce. 
Je pense le contraire.
Tout l’enchante et son talent incontestable me paraît au service d’une fantaisie qui mêle justement le délicieux et l’horrible, l’abject et le délicat. » Guillaume Apollinaire

Mêlant poèmes, textes, chansons et musique, ce Cabaret Picasso évoque les jeunes années du peintre à Paris de 1901 à 1914 : sa vie au Bateau-Lavoir, rudimentaire mais joyeuse, son histoire d’amour avec sa première muse Fernande Olivier, ses rencontres, ses amitiés.
Parmi celles-ci, on trouve les poètes Guillaume Apollinaire, Max Jacob et André Salmon qui nourriront la créativité de Picasso et formeront La bande à Pablo, évoquée dans l’une des dix-huit chansons originales du spectacle, composées par Frank Thomas et mises en musique par Reinhardt Wagner.
Cabaret Picasso, servi magistralement par des comédiens Jean-Jacques Beinex, Héloïse Wagner, Emmanuelle Goizé et les musiciens Reinhardt Wagner et Ghislain Hervet est autant un hymne à l’espoir qu’une invitation au voyage dans le Montmartre du début du 20ième siècle où règne une effervescence créatrice portée par des artistes à l’imagination sans limite.

Lire l’article complet…> 

accès au calendrier complet... >