White Dog

mardi 28 janvier | 14h30 & 20h | Théâtre des Feuillants
White Dog

Un spectacle mordant

« À l’image de la personnalité complexe de Romain Gary, White dog provoque le vertige. Loin des scénographies intimistes dont les Anges au Plafond avaient fait une de leurs marques de fabrique jusqu’à R.A.G.E., l’action déborde ici le quatrième mur pour s’installer où elle peut. Sur le plateau électrisé par la batterie jazz d’Arnaud Biscay et parmi le public. Peu à peu remplies de phrases et d’images, de grandes feuilles tiennent lieu de scénographie à la pièce dans laquelle on retrouve toutes les matières et techniques chères à la compagnie. La sculpture de papier bien sûr, dont sont faits le chien ainsi qu’une magnifique Jean Seberg. Mais aussi l’ombre, le pop-up, la musique et la projection. » — La Terrasse, janvier 2018

Alors que dans les années soixante, Romain Gary vit à Beverly Hills avec son épouse Jean Seberg, il écrit Chien blanc, un roman en grande partie autobiographique qui décrit une Amérique en proie à de violents conflits. Martin Luther King vient d’être assassiné et la communauté noire lutte sans relâche pour défendre ses droits.
C’est dans ce contexte que le couple recueille un berger allemand abandonné, d’apparence douce et affectueuse, nommé Batka. Il s’y attache. Pourtant Batka n’est pas un chien ordinaire. Parfois apparaissent chez lui les signes d’une incroyable monstruosité, d’une extrême sauvagerie : il se transforme en boule de haine.
Commence alors une enquête pour essayer de comprendre et de guérir l’animal…
Ici, jeux de lumière, projections, marionnettes et acteurs convergent pour réécrire en direct ce récit poignant où le geste de manipulation revêt une dimension politique. Au rythme d’une batterie jazz aux sonorités afro-américaines, les grandes pages vierges de la scène se noircissent, s’écrivent ou se couvrent de photos d’archives, pour dire une société́ meurtrie aux multiples zones d’ombre.
Deux ans après R.A.G.E., et en écho aux attentats de 2015, la compagnie des Anges au Plafond poursuit son éclairage de l’humanisme de Romain Gary en s’attelant à la question du conditionnement de l’esprit humain. Quel espoir pour le rêve de fraternité́ et de réconciliation lorsque bêtise humaine rime avec férocité́ animale et quand la manipulation prend des allures de dressage ? Peut-on désapprendre la haine ?

  réservez votre billet en ligne

tous publics à partir de 12 ans
durée | 1h35

Compagnie Les Anges au Plafond
D’après le roman « Chien Blanc » de Romain Gary (Editions Gallimard)
Mise en scène : Camille Trouvé assistée de Jonas Coutancier | Adaptation : Brice Berthoud et Camille Trouvé | Dramaturgie : Saskia Berthod
Avec : Brice Berthoud, Arnaud Biscay, Tadié Tuené et Yvan Bernardet | Marionnettes : Camille Trouvé, Amélie Madeline et Emmanuelle Lhermie
Scénographie : Brice Berthoud avec Margot Chamberlin |Musique : Arnaud Biscay et Emmanuel Trouvé | Création sonore : Antoine Garry | Création lumière : Nicolas Lamatière | Création image : Marie Girardin et Jonas Coutancier |Création costume : Séverine Thiébault | Mécanismes de scène : Magali Rousseau | Soutien précieux : Morgane Jéhanin | Construction du décor : Les Ateliers de la MCB

Coproduction : MCB° – Scène nationale de Bourges, Le Bateau Feu – Scène nationale de Dunkerque, La Maison des Arts du Léman – Scène conventionnée de Thonon-Evian-Publier, Le Tangram – Scène nationale Evreux Louviers, Culture Commune – Scène nationale du Bassin minier du Pas de Calais et le Théâtre 71 – Scène nationale de Malakoff | Avec le soutien d’Arcadi Ile-de-France, de la SPEDIDAM et de l’ADAMI | Remerciements et pensées à Nathalie Arnoux. Les Anges au Plafond sont artistes associés à la MCB° – Scène nationale de Bourges, en compagnonnage avec le Théâtre 71 – Scène nationale de Malakoff et La Maison des Arts du Léman – Scène conventionnée de Thonon-Evian-Publier, conventionnés par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Ile-de-France, au titre des Compagnies et Ensembles à Rayonnement National et International (CERNI) et soutenus par la Ville de Malakoff.

Rencontre à chaud après la représentation de 14h30
Photo © Vincent Muteau


Tarifs
plein tarif 25 €
tarif réduit 15 €
carte culture 5.50 €


X